Portail-Mystique.fr

Le Yi-King

Le Yi Jing est un manuel chinois dont le titre peut se traduire par « Classique des changements » ou « Livre des mutations ». La traduction correcte s’approcherait de « Mémoire ou traité canonique de la Mue » et son principe serait d’examiner les traces potentielles du changement en cours, présent et avenir. C’est aussi la divination que l’on effectue à l’aide de ce livre que l’on nomme aussi parfois Zhou Yi c’est-à-dire « changements de Zhou ».

Son élaboration date du début du premier millénaire avant l’ère chrétienne, époque des Zhou occidentaux. Il occupe une place fondamentale dans l’histoire de la pensée chinoise et peut être considéré comme un traité unique en son genre dont la finalité est de décrire les états du monde et leurs évolutions. Il est le premier des cinq classiques et donc considéré comme le plus ancien texte chinois.

Le Yi Jing est le fruit d’une recherche spéculative et cosmogonique élaborée, dont les articulations ont informé durablement la pensée chinoise. Sa structure mathématique a impressionné Leibniz qui y aurait vu la première formulation de l’arithmétique binaire. De fait, partant d’une opposition/complémentarité entre les principes Yin et Yang (adret et ubac, soleil et lune, mâle et femelle, actif et passif, etc.) et subdivisant cette dualité de façon systématique, le Yi Jing arrive à la série des 64 états et de toutes les transformations possibles entre eux.

« Le Yi-King ou Livre des transformations de l’archaïque magie chinoise apporte l’image la plus exemplaire de l’identité du Génésique et du Génétique. La boucle circulaire est un cercle cosmogonique symboliquement tourbillonnaire par le S intérieur qui à la fois sépare et unit le Yin et le Yang. La figure se forme non à partir du centre mais de la périphérie et naît de la rencontre de mouvements de directions opposés. Le Yin et le Yang sont intimement épousés l’un dans l’autre, mais distincts, ils sont à la fois complémentaires, concurrents, antagonistes. La figure primordiale du Yi-King est donc une figure d’ordre, d’harmonie, mais portant en elle l’idée tourbillonnaire et le principe d’antagonisme. C’est une figure de complexité. » - Edgar Morin, La Méthode 1. La Nature de la Nature, p. 228, Seuil, Paris, 1977.

Probabilité et Yi Jing

Introduction

Le livre chinois des changements, Yi Jing, a été compilé, comme nous le savons aujourd’hui, par le Roi Wen à la fin de la dynastie de Shang au 12ème siècle avant Jésus Christ. Ses sources étaient les traditions sybillines utilisées par les sauges de la dynastie de Shang, qui, selon la légende, ont été à l’origine conçues à l’aube de la civilisation par le héros mythique Fu XI de culture, qui avait également inventé l’écriture, pêche, et piégeage.

Le livre des changements sert comme dépôt de la sagesse intemporelle et d’oracle qui peut être consulté suivre un certain nombre de méthodes divinatory. Toutes telles méthodes comportent la construction d’une figure (nommée un « hexagram » par Legge et disciples occidentaux suivants) composée de six éléments, chaque élément étant ou une ligne le segment simple (------), considéré Yang ou « lumière, » ou une ligne segment divisée (— —), considéré Yin ou « obscurité. »

Chacun des 64 hexagrams possibles a sa propres signification et valeur sybilline, qui est décrite dans le texte de Yi Jing et dans ses commentaires connus sous le nom de « Dix ailes, » écrites par des philosophes de l’école confucienne. En outre, Yi Jing prévoit la construction d’un hexagram secondaire de l’ hexagram primaire basé sur les caisses spéciales de Yin et « de lignes mobiles appelées par Yang. » Chaque ligne mobile dans le hexagram primaire a un commentaire spécial écrit par le duc de Zhou (fils du Roi Wen, et de jeune frère du Roi Wu, qui a fondé la dynastie de Zhou). Le hexagram secondaire est formé pendant que les lignes mobiles de Yang « changent » en lignes de Yin, et les lignes mobiles de Yin « transforment » en lignes de Yang. Le hexagram secondaire ainsi formé a sa propre valeur sybilline qui doit être considérée dans le cadre de cela du hexagram primaire et de ses lignes mobiles.

Les deux méthodes traditionnelles de construire un hexagram sont « la méthode de tige de millefeuille » et la « méthode de pièce de monnaie. »u

La méthode de tige de millefeuille

  • Pour utiliser la méthode de tige de millefeuille, on commence par un paquet de 50 droits, tiges sèches de l’herbe de millefeuille.
  • Une tige est mise de côté et pas employée encore.
  • Le paquet des autres 49 tiges est alors divisé en deux paquets.
  • Une tige est prise du paquet du côté droit et placée entre le doigt d’anneau et auriculaire de la main gauche.
  • Le paquet du côté gauche est alors pris dans la main gauche, et des tiges sont enlevées de là et mettent de côté dans les groupes de 4 utilisant la main droite, jusqu’à 4 ou moins restent.
  • Les tiges restantes sont placées entre le doigt moyen et le doigt d’anneau de la main gauche.
  • Le paquet du côté droit est alors pris dans la main gauche, et des tiges sont enlevées de là et mettent de côté dans les groupes de 4 utilisant la main droite, jusqu’à 4 ou moins restent.
  • Les tiges restantes sont placées entre l’index et le doigt moyen de la main gauche.
  • Tout le nombre de tiges entre les doigts de la main gauche sont alors comptés et notés. Les possibilités sont 9 et 5. neuf résultats de tiges en valeur de 2, et cinq résultats de tiges en valeur de 3. Voici les résultats possibles de la première opération :
Entre l’index et les doigts moyens : 4 3 1 2
Entre le milieu et les doigts d’anneau : 4 1 3 2
Entre l’anneau et les auriculaires : 1 1 1 1
Total :
9 5 5 5
Valeur assignée :
2 3 3 3
  • Ces 9 ou 5 tiges sont alors mises de côté et le paquet restant de 40 ou 44 tiges est divisé et de la même manière compté dehors. Cette fois, huit résultats de tiges en valeur de 2, et quatre résultats de tiges en valeur de 3. Voici les résultats possibles de la deuxième opération :
Entre l’index et les doigts moyens : 4 3 1 2
Entre le milieu et les doigts d’anneau : 3 4 2 1
Entre l’anneau et les auriculaires : 1 1 1 1
Total :
8 8 4 4
Valeur assignée :
2 2 3 3
  • Ces 8 ou 4 tiges sont alors mises de côté et le paquet restant de 32, 36 ou 40 tiges est divisé et de la même manière compté dehors pour une troisième opération, les résultats possibles dont soyez identique à ceux de la deuxième opération.
  • Chaque opération a maintenant produit une valeur de 2 ou de 3, et ces trois valeurs sont maintenant ajoutées ensemble pour produire un total de 6, 7, 8, ou 9. Les totaux de 6 et de 8 rapportent une ligne de Yin (— —), les totaux 7 et 9 rapportez une ligne de Yang (------). Un total de 6 est considérés une ligne mobile de Yin (— X —), et un total de 9 est considéré une ligne mobile de Yang (---o---).
  • Cette première ligne est placée au fond du hexagram et l’opération entière est répétée cinq fois de produire les cinq lignes demeurantes. La sixième ligne est placée au dessus du hexagram.

La méthode de pièce de monnaie

L’autre méthode traditionnelle de construire un hexagram utilise trois pièces de monnaie au lieu de 50 tiges de millefeuille, et est considérablement plus rapide que la méthode de tige de millefeuille.

  • Pour utiliser la méthode de pièce de monnaie, on commence par trois pièces de monnaie semblables. Un côté de chaque pièce de monnaie assigné la valeur de 2, l’autre côté est est assigné la valeur de 3. Si de vieilles pièces de monnaie chinoises sont employées, le côté avec les caractères chinois est assigné la valeur de 2.
  • Chacune des trois pièces de monnaie est jeté en l’air immédiatement et les valeurs des côtés évidents sont ajoutées pour produire un total de 6, 7, 8, ou 9. Ainsi, un jet en l’air simple de trois pièces de monnaie produit l’équivalent des trois opérations de la méthode de tige de millefeuille.
  • Les pièces de monnaie sont alors jetées en l’air cinq fois supplémentaires de construire le reste avec du hexagram. Encore, le hexagram est construit du fond vers le haut.

Comparaison probabiliste des méthodes de tige et de pièce de monnaie de millefeuille

Suivre la méthode, la probabilité d’obtenir une ligne de Yin ou une ligne de Yang est égale. La probabilité d’obtenir l’un ou l’autre est une fois dans deux essais, ou ½, ou 50%. Suivre l’une ou l’autre méthode, la probabilité d’obtenir n’importe quel hexagram particulier a lieu une fois sur 64 essais, ou 1/64. Cependant, la probabilité d’obtenir une ligne mobile contre une ligne stable diffère selon quelle méthode est employée, comme suit :

Probabilité d’obtenir la ligne
Ligne
Méthode de tige de millefeuille
Méthode de pièce de monnaie
9- Yang en mouvement
3/16
2/16 (=1/8)
7 - Yang stable
5/16
6/16 (=3/8)
8 - Yin stable
7/16
6/16 (=3/8)
6- Yin en mouvement
1/16
2/16 (=1/8)

Notez qu’avec la méthode de tige de millefeuille, il est plus facile d’obtenir une ligne mobile de Yang et plus difficile d’obtenir une ligne mobile de Yin. Cette anomalie dans la probabilité est tout due à la première opération de la méthode de tige de millefeuille, qui est décentrée vers une valeur de résultats de 3 contre celle de 2 par un facteur de 3 à 1.

Une méthode modifiée de pièce de monnaie

La méthode de pièce de monnaie peut être modifiée pour donner approximativement les mêmes probabilités que la méthode de tige de millefeuille, comme suit. Identifiez une des trois pièces de monnaie par une certaine distinction dans la taille, la couleur, l’âge, etc. ; ou peignez un petit point sur l’une d’une des pièces de monnaie, du côté qui est évalué 2. Quand les trois pièces de monnaie sont jetées et la pièce de monnaie « spéciale » lit 3, les valeurs des trois pièces de monnaie sont ajoutées comme d’habitude. Cependant, si la pièce de monnaie spéciale lit 2, la pièce de monnaie spéciale est jetée encore, et alors les valeurs des trois pièces de monnaie sont ajoutées.

La méthode plate de bâton

Aleister Crowley était un étudiant avide de Yi Jing, et a fréquemment consulté l’oracle durant toute sa vie adulte. Il a habituellement obtenu ses hexagrams suivre une méthode non traditionnelle de sa propre conception. Il a employé six plats, les bâtons en bois, qui ont eu une entaille coupée dedans le centre d’un côté. Il a peint l’intérieur des entailles rouge pour le contraste. Ses yeux étant fermé, il brouillerait les six et les étendrait dehors devant lui pour former un hexagram, du fond jusqu’au dessus. Des lignes de Yin seraient indiquées par les bâtons avec les côtés entaillés vers le haut, et des lignes de Yang seraient indiquées par les bâtons avec les côtés ininterrompus vers le haut. Cette méthode plate de bâton rapporte la même probabilité d’obtenir n’importe quel hexagram particulier comme méthode de tige de millefeuille ou méthode de pièce de monnaie, et elle a l’avantage supplémentaire de fournir une représentation graphique des hexagrams.

Crowley a évidemment employé au moins deux méthodes pour obtenir « les lignes mobiles » pour consulter le texte sur les lignes par le duc de Zhou. Une méthode était de pousser un ou plusieurs bâtons légèrement au côté, basé sur la « sensation, » pour indiquer les lignes mobiles. Une autre méthode est indiquée par le fait qu’un des bâtons de Crowley a été identifié par la peinture sur une extrémité. Le bâton marqué indiquerait une ligne mobile simple dans chaque hexagram obtenu. Évidemment, la probabilité d’obtenir une ligne mobile serait très différente avec la dernière méthode qu’avec l’une ou l’autre des deux méthodes traditionnelles. Une ligne mobile se produira toujours dans chaque hexagram obtenu, et il n’y aura jamais plus d’une ligne mobile dans n’importe quel hexagram obtenu. Ceci fournirait évidemment un oracle plus simple pour interpréter, mais il serait également quelque peu déficient en subtilité en ce qui concerne un oracle obtenu utilisant l’une ou l’autre des deux méthodes traditionnelles. En outre, le texte pour des Hexagrams I et II, Qian et Kun, tous les deux incluent le matériel qui s’applique seulement quand toutes les lignes déplacent des lignes ; quel matériel serait inutilisable avec cette méthode.

Il est possible, cependant, pour adapter la méthode plate de bâton, avec son image graphique du hexagram, pour fournir les mêmes probabilités pour les lignes mobiles que la méthode de pièce de monnaie ou la méthode de tige de millefeuille.

Pour produire rudement les mêmes probabilités que la méthode de pièce de monnaie, douze bâtons doivent être construits. Six de ces derniers sont peints sur une extrémité seulement. En construisant un hexagram, chacun des douze bâtons est brouillé, et six des douze sont distribués pour établir le hexagram. Ces lignes avec l’extrémité peinte de l’aile gauche seulement (ou du côté droit seulement - l’uniformité est la clef) sont interprétées en tant que lignes mobiles.

Pour produire rudement les mêmes probabilités que la méthode de tige de millefeuille, seize bâtons doivent être construits, six dont sont peints sur une extrémité seulement. Les 16 bâtons sont brouillés, et six sont distribués pour construire un hexagram. Des lignes de Yang qui sont peintes sur l’une ou l’autre extrémité sont interprétées en tant que lignes mobiles ; mais des lignes de Yin qui sont peintes seulement sur l’extrémité gauche (ou seulement sur la bonne extrémité, en tant qu’avant) sont interprétées en tant que lignes mobiles.

Une note finale

La théorie des probabilités est fondée sur une hypothèse fondamentale : que les événements en question sont aléatoires. Si on tient des phénomènes sybillins pour non-random, alors les considérations de la probabilité sont entièrement non pertinentes, et il est seulement nécessaire de s’assurer que tous les résultats désirés sont possibles. L’oracle peut être regardé comme étant guidé par intelligence ou un modèle cosmique ; dans ce cas le même hexagram serait produit pour un ensemble donné de circonstances indépendamment de la méthode employée, fourni l’intelligence de guidage avait été correctement appelé par la satisfaction des conditions requises morales et rituelles.

D’une part, l’aspect aléatoire, ou le chaos, peut être vu comme aspect du Dao, ou comme miroir du subconscient ; et le choix de différentes méthodes sybillines peut être regardé en tant qu’influence des circonstances de l’interpellateur et ainsi des résultats de l’oracle. En fin de compte, la consultation de n’importe quel oracle exige l’utilisation d’une capacité intuitive bien développée ; et c’est l’intuition qui devrait être employée pour choisir la méthode sybilline être utilisée.

par Sabazius traduit en français pour ce site.